Bienvenue sur le site de la CRESS Réunion

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Youtube

L'Economie Sociale et Solidaire (ESS) : un territoire, des Hommes une autre économie

  • Plateforme d'Appels à Projets | Source : CRESS de La Réunion - www.cress-reunion.com
  • ARESS - Annuaire Régionale de l'ESS à La Réunion | Source : CRESS de La Réunion - www.cress-reunion.com
  • Toutes nos missions | Source : CRESS de La Réunion - www.cress-reunion.com
  • Au service des SCOP et SCIC | Source : CRESS de La Réunion - www.cress-reunion.com

Motard passionné, Jean-Luc WIDOLF Gérant de la SCOP (SARL) Urban Motos Cylcles, nous explique pourquoi il a souhaité entreprendre autrement, dans l’ESS en s’associant à Aurélien NATIVEL et Jean-Marc DAVID, co-gérants de la société coopérative.

 

Portrait de Jean-Luc WIDOLF de la SCOP Urban Motos Cycles (UMC) | CRESS de La Réunion - www.cress-reunion.com

Portrait de : Jean-Luc WIDOLF

Son leitmotiv : Ensemble pour la même passion
Son métier : Gérant de société
Structure : SCOP Urban Motos Cycles (UMC)
Activité : Vente de motos vintages, réparation et accessoires
Effectif : 3 ETP et 1 contrat d’apprentissage

La SCOP UMC a choisi un créneau peu exploité à la Réunion, le marché de la moto vintage. Le revendeur exclusif des marques INDIAN, BENELLI et ROYAL-ENFIELD se différencie par son univers pensé jusque dans les moindres détails.

 

Présentez-nous votre parcours - "L’ESS un parcours de vie ?"

Ma carrière s’est faite dans le secteur de l’automobile. Je suis arrivé à la Réunion en 2015 pour des raisons professionnelles qui n’ont pas abouti. Étant motards depuis toujours, le projet SCOP UMC a pris vie à la fin de l’année 2015 grâce aux compétences complémentaires de ses associés.

Pourquoi avoir fait le choix d’entreprendre autrement ?

Nous avons souhaité que chacun ait un pouvoir d’action sur l’entreprise. La forme coopérative correspond à l’état d’esprit sur lequel sont prises les décisions au sein d’UMC. D’autant plus, que notre objectif dès la création a été de sortir des sentiers battus et de nous distinguer des autres revendeurs par notre qualité de service et l’univers construit autour de la moto vintage.

Pourquoi le choix de ce statut ?

Nous avons choisi le statut SCOP (société coopérative de production) car il permet de prendre des décisions de manière concertée.
Au-delà de la fiscalité propre au statut, nous ne souhaitions pas avoir une seule personne en tant que chef. Chacun apportant son expertise dans le domaine de la mécanique, des volets commercial et marketing, ou en gestion d’entreprise. C’est d’ailleurs parce que nous avons fait le choix de la SCOP que Rodolphe, notre dernier associé-salarié nous a rejoint.

Quelles valeurs défendez-vous ?

La gestion et la gouvernance de notre entreprise reposent sur un principe d’équité. Notre équipe partage une réelle passion pour les métiers de la moto et nous avons placé la qualité de service et de savoir-faire au cœur de notre activité. Grâce à cela, nous avons réussi à développer une relation de proximité et de confiance avec nos clients. Il était également important d’avoir une démarche environnementale et de favoriser l’économie locale en ayant recours à des prestataires présents sur l’île.

Comment celles-ci se traduisent au quotidien ?

Nous avons des clients qui savent que nous sommes en mesure de réparer en moins de 24heures. Certains vont même jusqu’à ne plus s’interroger sur le prix. Nous sommes capables d’intervenir sur l’ensemble des motos que nous vendons et nous formons régulièrement. En ce qui concerne l’équité entre associés, nous avons fait le choix de démarrer l’activité avec le même niveau de salaire pour tout le monde et les augmentations se font de manière collective au même moment.

Quels-sont vos prochains défis ?

Nous constatons que la qualité de service augmente autant que notre chiffre d’affaires. Bien que 2020 a été une année particulière, nous avons su maintenir le même niveau de ventes qu’en 2019. Cependant, les ventes de motos ayant progressé de 40%, nous devons faire des choix stratégiques cruciaux afin de palier l’augmentation des prix à l’achat. Nous continuerons également à nous adapter à notre clientèle contrainte par la législation routière en privilégiant la moto-plaisir à la moto-vitesse toujours dans l’esprit vintage de notre entreprise.

Selon vous qu'est-ce l’ESS apporte au territoire réunionnais ?

En mettant au cœur de nos priorités notre métier et la finalité que nous partageons entre associés, c’est la pérennité de notre l’entreprise que nous favorisons et non notre enrichissement personnel. À La Réunion, l’ESS est également bénéfique car elle favorise la création d’activité et d’emploi sur le territoire. Nous travaillons avec un transitaire local et tenons à ce que l’ensemble de nos partenaires soient situés sur l’île. Il en va de même pour les recrutements. A ce titre, nous avons accueilli depuis un an et demi un salarié en contrat d’apprentissage sourd et muet, qui nous a fait découvrir d’autres façon d’appréhender le métier en atelier.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat ESS ?

Aller voir la CRESS, ne pas hésiter à utiliser les aides et bien se renseigner sur la règlementation afin d’avoir une bonne connaissance des particularités de l’entreprise et des contreparties des aides à la création. Nous avons été grandement soutenus par notre référent de Pôle Emploi, et chanceux d’avoir eu la confiance de nos fournisseurs.

 

 

Suivez l'actualité de la SCOP URBAN MOTORS CYCLES sur Facebook

 

CRESS de La Réunion | Portrait de Jean-Luc WIDOLF

 

Nos partenaires financiers

Logo des financeurs - L'Europe s'engage avec le FSE | CRESS de La Réunion | Etat | Ministère de l'Economie, des Finances, et de la Relance | Ministère de la Transition Ecologique | Région Réunion | FEDER